Aires de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine : quels moyens d’action pour préserver l’environnement ?

Thèse professionnelle réalisée par Alexandra PRIN-DERRE dans le cadre du mastère spécialisé Construction et Habitat Durables ENSAM / ESTP.
De prime abord, on pourrait croire que la protection du patrimoine est opposée au développement urbain, notamment aux principes du développement durable qui prônent une ville dense, se reconstruisant sur elle-même et remplaçant progressivement les bâtiments existants par de nouveaux plus performants.
De fait, non seulement ces ambitions ne sont pas opposées, mais les centres anciens ont souvent des caractéristiques exemplaires. Aussi, l’enjeu du développement urbain durable n’est pas d’arbitrer entre une conservation de bâtiments passéistes et une transformation de la ville en « smart city » mais, d’accompagner harmonieusement sa transformation en s’enrichissant de l’identité acquise par des siècles d’Histoire.
L’Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine est un nouvel outil de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager qui a pour ambition de développer une approche plus qualitative des territoires en intégrant des objectifs de développement durable, notamment la gestion de l’énergie. Ce dispositif est, par son approche plus globale, à l’interface des champs d’action de l’environnement et de l’aménagement du territoire. Il doit s’intégrer dans une multitude de dispositifs complexes en ayant pour vocation la prise en compte l’environnement. L’AVAP, par une approche appliquée au traitement de la qualité du tissu urbain, à l’intégration de dispositifs d’économies d’énergies et à l’exploitation d’énergies renouvelables, donne des prescriptions architecturales et paysagères protégeant les éléments les plus emblématiques d’un territoire.
Cependant son rôle de conservation se traduit souvent uniquement par une règlementation restrictive et elle se heurte à un manque de temps et de moyens, malgré ses ambitions élevées.
Aussi, on peut se demander, malgré toutes les difficultés de mise en œuvre qu’elle rencontre, quels sont concrètement les moyens d’action dont elle dispose pour préserver l’environnement ?

Voir aussi

L’EnviroBOITE est co-financée par l’Union Européenne.
L’Europe s’engage en Provence-Alpes-Côte d’Azur
& en Auvergne-Rhône-Alpes
avec le Fonds Européen de Développement Régional.
Europe République Française Région PACA Région Auvergne Rhône-Alpes Ademe