Air humide intérieur et santé

L’air humide intérieur présente des risques pour la santé sur au moins deux fronts : la pollution fongique et la prolifération des acariens. Ces deux manifestations créent des conditions défavorables pour toutes les personnes souffrant de difficultés respiratoires et sensibles aux allergènes. La principale question est donc « quels sont les facteurs qui conduisent à l’état humide de l’air intérieur ? ». En particulier, quels rôles jouent le climat, le comportement des habitants, les matériaux mis en œuvre, la conception thermique de l’enveloppe et la ventilation ?

Le présent article tente de décrire les relations entre ces facteurs et envisager les solutions pour que l’air intérieur reste dans des domaines d’humidité acceptables. Cet article revêt un caractère transversal puisqu’il aborde des éléments aussi différents que les données climatiques du site, la production de vapeur d’eau dans le logement, la thermique des parois d’enveloppe, la capacité des matériaux à développer des micro-organismes, l’art de chauffer et de ventiler les locaux ainsi que les bases physiques concernant l’état hygrométrique de l’air, chose par laquelle il convient de commencer pour bien comprendre comment fonctionne l’air humide.

Article réalisé par Jean-Louis Izard, architecte et enseignant à l’école nationale d’architecture de Marseille.

L’EnviroBOITE est co-financée par l’Union Européenne.
L’Europe s’engage en Provence-Alpes-Côte d’Azur
& en Auvergne-Rhône-Alpes
avec le Fonds Européen de Développement Régional.
Europe République Française Région PACA Région Auvergne Rhône-Alpes Ademe